Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

7 novembre 1913 : Albert Camus, le début d'une saga

Nonobstant ses dispositions littéraires, Albert Camus aura été un grand dissident. Cela le conduira à devenir un résistant lors du deuxième conflit mondial et, également, à l'amener à un journalisme plus que jamais engagé.

 

jean-paul sartre, parti communiste, guerre d'espagne, l'homme révolté, le mythe de sisyphe, la pensée de midi, louis lecoinEn 1935, il adhéra au Parti communiste algérien. Sa posture antifasciste, en particulier à l'occasion de la Guerre d'Espagne, déjà empreinte d'une démarche libertaire, lui fait quitter assez rapidement, mais définitivement, ce parti. On peut ainsi comprendre pourquoi l'écrivain ne s'est pas fait que des amis car l'intelligentsia française d'alors balançait entre deux courants culturels principaux dont un, sans doute le plus influent, était dominé par l'idéologie marxiste, à commencer par l'un de ses plus dignes représentants : Jean-Paul Sartre. Restons-en là car il s'agit d'une toute autre et longue histoire...

 

Après cette période de frottement avec le parti communiste, c'est en 1951 qu'il publie L'homme révolté. Cela ne fait aucun doute pour lui : "le marxisme, sous un de ses aspects, est une doctrine de culpabilité quant à l'homme, d'innocence quant à l'histoire". Dans cette courte phrase se trouve contenue à la fois sa non justification de ce qui fera la force provisoire du régime marxiste et son regard sur la vraie nature du matérialisme historique.

 

Avec ses principes chevillés au corps, dont celle concernant ses positions antifascistes, Camus démissionne de l'Unesco en 1956 car il protestait contre l'admission de l’État franquiste au sein de cette instance internationale. Cela d'ailleurs le conduisit sept ans plus tard à participer au Comité de soutien créé pour l'obtention du droit à l'objection de conscience animé par Louis Lecoin. Il semble difficile de ne pas mettre en résonance ces mots terribles de l'écrivain lorsqu'il écrit dans La Pensée de Midi : "Qu’un seul maître soit, en effet, tué, et le révolté, d’une certaine manière, n’est plus autorisé à dire à la communauté des hommes dont il tirait pourtant sa justification. Si ce monde n’a pas de sens supérieur, si l’homme n’a que l’homme pour répondant, il suffit qu’un homme retranche un seul être de la société des vivants pour s’en exclure lui-même".

 

Même si il reste l'un de mes auteurs fétiches et que son œuvre a fait l'objet de quatre tomes dans La Pléiade, celle-ci reste bien trop vaste pour que nous la commentions ici en quelques lignes. Il ne lui a pas suffi de nous expliquer l'absurde et la révolte, il nous donne également sa solution que ne saurait renier les anarcho-syndicalistes et, plus encore, le syndicalisme révolutionnaire qui fut si cher à ses aspirations : "Le syndicalisme comme la commune, est la négation au profit du réel du centralisme bureaucratique et abstrait. La révolution du vingtième siècle au contraire, prétend s'appuyer sur l'économie mais elle est d'abord une politique et une idéologie. Elle ne peut, par fonction, éviter la terreur et la violence faite au réel". On comprend que cela puisse gêner, mais c'était aussi cela Albert Camus.

 

A 47 ans et un 4 janvier 1960, alors que l'après-midi commence à peine, il disparaît malheureusement. La voiture de l'éditeur Michel Gallimard qui le ramenait vers Paris fait subitement une embardée à la hauteur de Villeblevin, un petit village en limite des départements de l'Yonne et de la Seine-et-Marne. Elle s'écrase contre un des arbres bordant la Nationale 6 et, sous le choc, l'auteur du Mythe de Sisyphe décède. Triste hasard car, dans cette voiture les secouristes retrouvèrent son dernier manuscrit, en cours d'écriture, portant ce titre : Le premier homme !..

Écrire un commentaire

Optionnel