Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Anarchie

  • 29 janvier : Maurice Joyeux

    Depuis sa naissance à Levallois-Perret, en 1910, que de chemins parcourus pour cet "anar" exceptionnel. Il a laissé son empreinte, depuis plus de deux générations maintenant, sur le mouvement libertaire français.

    Lire la suite

  • 15 janvier : Pierre-Joseph Proudhon

    Depuis ce jour de l'année 1809, quel parcours que celui de ce petit bouvier, né d'un garçon brasseur et d'une mère cuisinière...

    Lire la suite

  • 9 décembre 1842 : Pierre Kropotkine

    Autour d'une vie* certaines personnalités apposent leurs marques de façon indélébile. Pierre Alexeïevitch Kropotkine (9 décembre 1842 - 13 février 1921) appartient à cette catégorie-là.

    Kropotkine P.jpg

    Il aura eu un parcours extraordinaire. Oublions l'individu en tant que tel et ses origines princières, de même pour l'explorateur, le géographe qu'il fut ainsi que de toutes autres compétences relevant généralement des sciences de la Terre. Ne gardons que ses premières rencontres avec Michel Bakounine et des membres de la Fédération jurassienne. Elles furent autant d'éléments déclencheurs qui favoriseront et développeront son durable engagement libertaire. Dès son retour en Russie, il participe à ce courant d'une partie de la jeunesse désireuse d"aller au peuple" en vue de provoquer une révolution sociale au sein de ce régime impérial despotique. Ce fut alors une longue succession de condamnations, d'emprisonnements et d'exils, en bref, celle d'un combat social qu'il ne quittera plus.

    Il deviendra progressivement une figure marquante et représentative du courant révolutionnaire durant cette période charnière et difficile de bascule entre deux siècles. Notre homme se trouve impliqué, en 1883, dans le "procès des 66" : soixante-six libertaires jugés et inculpés pour leur appartenance à l'Association Internationale des Travailleurs. Une association qui inquiétait dangereusement le système en place car ce dernier lui fera porter tout le poids de la rébellion ouvrière et populaire contre le pouvoir. Dans ce contexte, Kropotkine écope d'une peine de cinq ans d'emprisonnement qui, trois ans plus tard, se traduira par une amnistie.

    Cela n'empêcha nullement notre savant militant de poursuivre son travail de propagandiste anarchiste. En 1879, il fonde le journal Le Révolté. Il est également l'auteur de fascicules très prisés dans les milieux populaires, de multiples brochures et de livres dont nous ne citerons que deux de ceux-ci : La conquête du pain et L'Entraide. Je les considère - peut-être avec un troisième : L’Éthique - comme les plus significatifs pour comprendre sa démarche. Si on n'y regarde de plus près, sa pensée révèle à la fois de la limpidité et de la complexité. Par exemple, L'Entraide reste un formidable plaidoyer sur les chaînes de solidarité qui s'établissent parmi les espèces. Quand il publie cet ouvrage, les controverses vont bon train sur l’Origine des espèces de Charles Darwin. Kropotkine considérait pourtant que cette approche darwinienne "révolutionnait toutes les sciences biologiques"*. Sans la remettre fondamentalement en cause, comme beaucoup le faisait, ni s'opposer frontalement à cette nouvelle théorie, il considère utile de la nuancer et c'est ainsi qu'il propose l'entraide comme le facteur déterminant et principal régissant nos sociétés. Par cet écrit inspirant, nous entrons de plein pied dans les débats scientifiques de l'époque. Nous voyons aussi quels sont les principes fondamentaux qui agitent sa pensée et qui donnent un sens à son choix en faveur d'une organisation sociale collectiviste, c'est-à-dire du communisme libertaire dont il en fut l'initiateur.

    Ce double travail de recherche et d'action, tout comme celui d’Élisée Reclus qu'il fréquenta ainsi que de nombreuses figures du mouvement de l'époque : Louise Michel, Emile Pouget pour ne citer que ces trois-là, favorisa son audience et probablement l'amplifiera auprès des milieux anarchistes. Mais comment oublier que ces années 1890 résonnent par les attentats et par une pratique dite de reprise individuelle avec ces personnages qui feront la "une" de l'actualité ? Une répression terrible s'abat sur les anarchistes, vrais ou supposés comme tels. Cela n'entache pas la détermination de notre homme pour rejeter, intellectuellement parlant, ceux qui s'adonnent à de tels actes. Daniel Guérin** en parle ainsi : "Kropotkine, un des premiers, eut le mérite de faire son mea culpa et de reconnaître la stérilité de la propagande par le fait".

    Durant le Première guerre mondiale, il rencontre Jean Grave et signe avec lui et d'autres, en 1916, le Manifeste des seize . Cet appel de quelques libertaires contre cette terrible guerre a été considéré comme un soutien indirect à l'union sacrée qui rassemblait la plupart des forces politiques et religieuses du pays. Erreur ? Peut-être. En tous les cas, cela aura été l'occasion de créer un clivage supplémentaire au sein de ce mouvement, en le fractionnant un peu plus.

    En 1917, il part discrètement en Russie. Sa renommée y est très forte, au point où Lénine se sentira obligé de lui proposer un poste ministériel, ce qu'il refusa catégoriquement. Jusqu'à la fin de sa vie, il n'aura de cesse de dénoncer le bolchevisme et la dictature qui commençait à s'y installer. Quatre ans plus tard, il décédera là-bas, à proximité de Moscou. Ce fut l'occasion d'un enterrement important et populaire, la toute dernière grande manifestation libre et de masse que connaîtra ce pays.

    ---------

    * Autour d'une vie de P. Kroptkine. Titre d'un ouvrage autobiographique (1re édition, Stock 1898).

    ** In Daniel Guérin : L'Anarchisme (Gallimard 1965).